Notre alimentation aujourd’hui ne permet plus de couvrir les apports quotidiens recommandés en micro nutrition c’est à dire en vitamines, en minéraux, en oligo-éléments ou encore en polyphénols. Ainsi, la supplémentation, c’est à dire la prise de compléments alimentaires adaptés permet de pallier ces carences.

Alors justement, le marché des compléments alimentaires a littéralement explosé en France représentant 2 milliards d’euros par an. Ces produits sont vendus sans ordonnance et sont largement distribués dans les pharmacies, les grandes surfaces, les magasins spécialisés en diététique ou encore sur Internet.

Aujourd’hui, face aux marques historiques de compléments alimentaires, on voit fleurir de plus en plus d’acteurs avec de nouvelles offres personnalisées notamment en ligne soumise à

Alors les complémentaires c’est top uniquement quand ils sont correctement pris. Et c’est bien là tout le problème !

Je voulais donc comprendre cet engouement pour les compléments alimentaires, cette multitude d’offres, cette concurrence accrue, mieux identifier également les risques de la vente en ligne, et les perspectives des offres du marché du complément alimentaire dit « personnalisé ».

A mon micro aujourd’hui, Hugo Facchin, CEO de Cuure, à ne pas confondre avec le groupe de Rock britannique mythique. Fondée en janvier 2019 par Hugo Facchin, CEO de Try The World, une pépite de la foodtech de New York, et Jules Marcilhacy, diplômé de Mines ParisTech et ex-McKinsey qui a piloté, depuis New York également, l’hypercroissance d’Adore Me. Cuure fait partie des acteurs actuels du marché du « complément alimentaire qui recoure au digital pour proposer une expérience nouvelle aux consommateurs ».

Avec déjà 20.000 clients uniques, Cuure a des ambitions plus largement dans le marché du bien-être et souhaite développer ses ventes en Europe.